Manger bio, quel impact pour l'environnement ?

Si de plus en plus de personnes se tournent vers les produits de l'agriculture biologique au détriment de ceux de l'agriculture intensive, c'est parce que manger bio est plein d'avantages. En effet, manger bio aujourd'hui est à la portée de tous et c'est en plus manger sain. Cependant, une telle consommation impacte aussi l'environnement. Mais comment ?

 

Manger bio, c'est diminuer les gaz à effet de serre

L'agriculture biologique réduit l'usage des énergies non renouvelables. De même, l'agriculture biologique diminue les besoins de produits chimiques. En réduisant tout cela, l'agriculture biologique diminue par conséquent l'émission des gaz à effet de serre.  Cliquez ici pour avoir des notions permettant de protéger la couche d’ozone. De même, l'agriculture biologique favorise une certaine diminution du carbone dans le sol.

Manger bio c'est maintenir la qualité des eaux

Vous devez noter qu'en agriculture biologique, il est utilisé pour les animaux des soins d’origine naturelle et pour les plantes des produits naturels de traitement des plantes. Cela permet d'éviter la contamination des cours d'eau et des nappes phréatiques.

De plus, les produits utilisés en agriculture biologique sont inoffensifs aussi bien pour la faune que pour la flore aquatique. Ce qui favorise la préservation des eaux de rivières. En réalité, l'eau est débarrassée de ses substances toxiques. Ce qui rend moins fréquent la dépollution des eaux.

 

Manger bio c'est respecter la biodiversité et maintenir la vitalité des sols

Il faut noter que manger bio c'est tout d'abord favoriser le maintien de l'agriculture biologique. Contrairement à l'agriculture conventionnelle qui requiert l'utilisation d'engrais chimiques, l'agriculture biologique nécessite l'utilisation de la fertilisation organique. C'est l'exemple du compostage, des effluents d'élevage ou des pailles. L'agriculture biologique en préservant l'utilisation de telles matières organiques donnera des aliments plus riches en nutriments en fin de compte.  

De plus, réduire l'utilisation des engrais chimiques c'est créer un environnement propice au développement de la faune sauvage. En effet, les nouvelles espèces préfèrent s'installer près des zones d'agriculture biologique. Ce qui favorise la biodiversité.